« Jean Luc Palacio : Somport, le tunnel de l'absurde | Accueil | L’IPHB et la nature »

19 février 2006

Commentaires

Avec mon frère, Ivan THOMAS, nous faisons des recherches sur l'histoire des aiguilles d'ansabere
http://www.ansabere.fr/
voici le lien qui vous explique en detail :
http://familleivan.thomas.free.fr/html/nous.htm

nous avons déjà rencontré pas mal de monde, les Ravier , Pierre, Jean et Christian, Jean Ollivier, François Carrafancq,...etc, etc.. en tout près de 40 personnes !!!
Bref, nous sommes intéréssé par tout ce qui traite d'Ansabère!
Nous sommes donc trés intéressé par ce que l'on peut nous raconter de l'histoire de ces pistes d'Ansabère

merci d'avoir lu ce mail

Salutations pyrénéennes !!

boris THOMAS
5 IMPASSE DE LA PLAINE
64140 Billère
0559722868

Salut, Luc !

Merci pour tes précisions sur les pistes, les difficultés à exercer et tes éclairages sur la situation locale. Notamment le fait que les pistes, une fois faites, ne sont quasiment jamais obturées ou fermées, personne ne fait respecter la règlementation illusoire... ca fait autant d'axes de pénétration qui réduisent le territoire de la faune sauvage, au profit de quads, motos, 4X4 et autres délices à moteurs qui sont loin de ne nuire qu'à l'ours. Encore une preuve de son rôle d'espèce "parapluie" : en lui foutant la paix, on fout la paix à tous le monde, à commencer par les randonneurs et les habitants des lieux.
D'autres sur d'autres forums tendant à nier qu'une fois tracées, les pistes restent toujours ouvertes à qui veut bien enfreindre la règlementation, et les candidats sont légion !

Une chose ma paraît certaine : tant que l'Etat fera confiance à l'IPHB, à court, moyen ou long terme, ni l'élevage, ni les bergers, ni les ours ne seront tirés d'affaire ...
Effectivement, l'Etat a trop longtemps laissé faire ... il est urgent qu'il se ressaisisse car la mascarade a assez duré ! Les responsables, tous les responsables, vont finir par devoir payer l'addition. Et elle augmente de jour en jour. Le rôle d'iphb.org est de faire savoir tout ça.

Bonjour,

Fervent protecteur du berger et de l'ours, passionné du haut Bearn, j'ai quelques petits commentaires par rapport à la fameuse piste d'Ansabère:

1- La partie basse de l'aménagement est en piste (ou route, je ne me rappelle plus) forestière, et c'est bien elle, qui a mon avis, constitue le pire amenagement dans la zone. C'est une zone de pénétration importante (chasseurs, nombreux randonneurs en raquettes l'hiver), retirant définitivement la tranquilité au lieu. De plus l'explotation forestière du bois d'Ansabère l'a lardé de pistes.

Maintenant le parking en été est près de Lazerque et les barrières sont effectivement tous le temps ouvertes. Ceci dit, personne ne referme les barrières, sur aucune piste sylvo-pastorale que se soit, ni en Aspe, ni en Ossau (Bitet, Gélan, Aran, Belonce...).

2- La partie haute qui monte aux cabanes est une piste quad, qui à mon avis n'est pas tant criticable en soi. C'est de la taille d'un chemin de muletier, et si cela peut permettre au berger de monter et descendre rapidement, je n'y voit pas forcement d'inconvenient.

Le danger bien sûr est le respect de l'amenagement dans son ensemble, tant au niveau transit que possible elargissement. Ce serait changer les règle du jeu, hélas spécialité de l'IPHB.

Il aurait donc été idéal d'avoir un chemin quad réglementé et respecté depuis le bas.

3- L'avantage géomorphologique d'Ansabère, est que les pentes pour atteindre les cabanes ne sont pas fortes et l'aménagement ne s'intègre pas trop mal dans le paysage (seul 1-2 lacets dans la derniere montée). On est dans de bien pires situations a Belonce, Aran (destruction totales des verrous naturels qui protegaient les vallons en U suspendus) ou Couecq (gypse et donc cones de dissolution).

3- J'ai moi même travaillé comme berger dans une estive eloignée de la route. C'est un travail très dur et BIEN SUR qu'une piste quad qui fait economiser une heure cela fait la difference. La pollution par le bruit est a mon avis l'inconvenient majeur.

4- J'adhère cependant a 100% avec l'argument de pretendre qu'il faut amenager des pistes pastorales pour garder les bergers en montagne. C'est TOTALEMENT faux.

5- Aujourd'hui, les Aspois ou Ossalois de souche, bien peu veulent faire berge. Ceux qui veulent, viennent aujourd'hui potentiellement de toute la France. Ce qui deserte vraiment les estives aujourd'hui c'est LES BATONS DANS LES ROUES mis a ces jeunes par les élus et les locaux (menaces, augmentation des bacades, etc...)

6- IPHB / Haut Béarn = Impunité. La faute revient à l'état qui, depuis longtemps, a laissé aux acteurs locaux changer les règles à leur guise. On se retrouve aujourd'hui, en 2006, après plus de 20 ans permissifs, avec Ossalois et Aspois qui veulent le pognon mais ne supportent aucunes contraintes. La situation est donc effectivement, au niveau local, très délicate. Je doute qu'une réintroduction forcée n'aboutisse...

Luc.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Catégories